Tai-Chi-Chuan, Chi-Kong, Massages
Tai-Chi-Chuan, Chi-Kong, Massages
"L'Atelier du Bien-Être"
"L'Atelier du Bien-Être"

CHI-KONG

ART ENERGETIQUE PSYCHO-CORPOREL

 

"Le Chi-Kong (ou Chi-Kung) est un terme générique désignant tous les types de mouvements lents, tant internes qu'externes, qui activent directement ou favorisent une circulation harmonieuse du CHI (souffle, fluide vital) dans le corps par la respiration, des mouvements simples, des postures et des images mentales.

 

En relâchant la tension et en stimulant la vitalité, la pratique du chi-Kong favorise l'auto-guérison et renforce le système immunitaire.

 

Certaines versions consistent en une série complète de différents mouvements, alors que d'autres ne comprennent qu'un ou plusieurs mouvements simples.

 

Mais chaque mouvement a un effet différent."  Maître Ni Hua Ching

 

 

 v La plupart des Chi-Kong que j'enseigne viennent de l'école E.T.K.I., on y trouve des grands protocoles (chi-kong du cœur, des reins, des poumons etc.), les 3 protocoles de la grue, les « Ba Dua Gin », L'eau-Le vent-La montagne (reins-poumons-digestif), ainsi que bon nombre de marches Chi-Kong : marche des reins, marche de la grue, et le CHI-KONG DE LA SANTE INTEGRALE.

 

 v En définitive, le Chi-Kong n'est pas un sport ni même vraiment une gymnastique quoiqu'il soit commode de l'appeler" la gymnastique traditionnelle chinoise", on devrait plutôt parler d'art énergétique corporel. D'ailleurs Chi-Kong veut dire s'entrainer avec l'énergie, développer l'énergie.

 

 

 v On peut parler de Chi-Kong dès lors que la pratique comprend le tryptique: mouvement/respiration synchrone/ concentration. La concentration (yi en chinois), est plutôt l'attention portée sur une partie du corps en même temps que le mouvement pour faciliter le déplacement de l'énergie vers cet endroit: selon le grand précepte "là où va le yi va le chi". Dr Y. REQUENA-"Chi-Kong anti-âge"

 

 

 Pour les personnes âgés, le Chi-kong est particulièrement bien indiqué, le corps médical et les grands hôpitaux le recommandent aujourd’hui : prévention des problèmes d’équilibre (réduction des chutes de 70% par une pratique régulière), amélioration du système cardio-vasculaire et respiratoire rapide et durable, prévention et action de « stoppage » de l’arthrose, meilleure concentration et mémorisation agissant très favorablement sur les symptômes de la maladie d’Alzheimer et notamment sur l’oxygénation du cerveau, sensation positivante de « récupérer » des facultés, de mieux sentir son corps, articulations améliorées, la liste serait encore longue !

 

 

 

Il n’y a pas de secret, ou du moins oui, mais longtemps gardé secret par les chinois, c’est de « commencer le plus tôt possible et pratiquer le plus régulièrement possible le CHI-KONG »

Voici l'abstract, le résumé de ma conférence au 13éme congrès international de recherche sur le Qi Gong thérapeutique à Shanghaï le 31 juillet prochain:

"Le Qi Gong, plus encore qu'un art de santé, est un mode d'emploi de la vie, une philosophie profonde et légère, car libératrice, qui colore la vie de ceux qui veulent bien lui accorder un peu de temps et ouvrir leur regard.
Le Qi Gong est plus que jamais adapté et nécessaire. Dans une société happée par l'externe, ce retour au centre est salvateur. Cette fois, le mental n'a plus sa place. Le Qi Gong nous coupe progressivement de nos incessants et épuisants questionnements. C'est le corps qui nous dit, nous apprend, nous montre le chemin. Il devient un guide précieux.
Oser relâcher, sans craindre de perdre, laisser le souffle vital prendre sa place, observer la paix de l'esprit qui en découle. Expérimenter que la véritable force surgit du vide de l'esprit et de l'ancrage dans notre centre. Que le Qi libéré relie les différents niveaux de l'être, physique, psychique et spirituel, pour que chacun se sente enfin entier, libre et créatif. Que ce Qi délivré permet la véritable connexion avec notre environnement, car tout baigne dans une énergie unique aux formes multiples. Qu'il nous ouvre les yeux, nettoie les troubles émotionnels, nous rend rayonnants, bienveillants et efficaces.
Le mouvement nous enseigne qu'il est plus efficient de lâcher le "contrôle", d'accepter ce qui arrive, mais activement, de s'adapter. Plus de souplesse dans nos corps pour plus de fluidité dans nos vies. Il nous permet d'accueillir le moment présent, la seule vérité qui soit.
Vivre cela profondément permet de l'enseigner avec justesse, en s'adaptant à nos élèves, qui bien souvent en sont éloignés, comme nous l'étions également à nos débuts. Se souvenir de cela et, avec patience et humilité, témoigner de ce trésor et les conduire vers plus de force, de paix et de joie.

photo: jean-pierre Pouyet

QI-KONG  ET GESTION DE LA DOULEUR.

 

Dans la pensée chinoise, basée sur une vision holistique de l’être humain, la douleur chronique n’est jamais considérée comme devant être « gommée », mais on cherche tout d’abord à en comprendre la cause, pour chercher à y remédier. Pour une même douleur, les causes peuvent être très différentes.

Un praticien de médecine chinoise cherchera tout d’abord à déterminer le type de douleur, et sa localisation, pour pouvoir faire un premier bilan :

QU'ELLE EN EST L'ORIGINE ?

  • est-elle externe? (résultant d’une blessure par exemple)
  • ou interne ? (un excès de toxine dans le corps par exemple pour une douleur musculaire)

Pour la MTC (Médecine Chinoise Traditionnelle), la douleur est toujours le signe que la circulation normale du Qi est bloquée, dans un endroit particulier. On classifie les douleurs par excès et par déficience : dans l’excès, la douleur est empirée par le toucher, dans la déficience, elle sera améliorée.

  • les douleurs par excès : elles ont souvent une origine externe. La douleur provient du fait que le corps cherche à évacuer quelque chose qui ne devrait pas être là. (un excès de froid dans le corps va provoquer des courbatures, typiques des états grippaux par exemple).

Elles peuvent aussi être dues à un blocage de la circulation interne du Qi, (calcul biliaire, ulcère, rage de dent ou migraine…) et dans ce cas, la personne ne supporte pas d’être touchée. On cherchera à remettre en circulation le Qi par le mouvement ou la phytothérapie.

  • Les douleurs par déficience : elles souvent accompagnées de fatigue et de sensation de vide. Elles sont améliorées par la chaleur, le massage profond, la pression, car la personne est en manque de Qi. On cherchera à revitaliser la circulation du Qi et à réchauffer.

LES DIFFÉRENTS TYPES DE DOULEURS SELON LA MÉDECINE CHINOISE

  • Une douleur sourde, est le résultat d’une faible circulation ou d'un ralentissement du Qi, du à un excès d’humidité ou de froid dans certaines zones du corps, comme dans le cas de l’arthrose. On le détermine par l’aspect de la langue : épaisse, gonflée. Ces douleurs sont aggravées par temps froid et humide. L’objectif du traitement : assécher, réchauffer pour augmenter la circulation du Qi.
  • Une douleur aiguëe, chaude, de type inflammatoire est due à un excès d’acidité dans le corps, et de toxine. On parle alors d'excès de "chaleur " : La langue sera rouge, le traitement cherchera à rafraîchir et détoxifier l’organisme.
  • Une douleur erratique, qui change de localisation, se déplace dans le corps, est souvent d’origine nerveuse. La langue est « tremblante ». on parlera d'excès de " vent ". Douleur « électrique », brûlante comme dans le cas d’une sciatique. Ces douleurs proviennent d'une lésion ou surexcitation du système nerveux. Elles seront accrues par les tensions nerveuses, certains régimes alimentaires, la fatigue, les allergies saisonnières et alimentaires, le vent. On cherchera alors un traitement calmant du système nerveux, et un régime alimentaire adapté.

LE QI GONG DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR

L’objectif premier du Qi Gong étant de mettre en circulation le Qi et le sang dans le corps, il est évident qu'il peut avoir un impact bénéfique sur les douleurs, par son action calmante globale sur le système nerveux, et d’activation du système parasympathique (notre « frein »).

  • Mouvements lents, étirements doux et auto-massages permettent une meilleure circulation du Qi et du sang.
  • Les pratiques méditatives (Shen Gong) quant à elles, permettent de prendre du recul, d’ "observer" la douleur, pour bien se dissocier de celle –ci, afin quelle ne prenne pas toute la place. Elles permettent également de faire la part des choses entre la douleur « réelle » physique, et ses surajouts émotionnels de peur, de colère, de tension. Car si la douleur physique ne peut parfois pas être supprimée (dans le cas d’une lésion par exemple), on peut toujours dissoudre ces composantes émotionnelles par la pratique de l’attention.

Quelques conseils en cas de douleur

  • Déterminer la cause
  • Déterminer le type de douleur
  • Observer les facteurs externes aggravants (alimentaires, climat, émotions, mode de vie) pour chercher à les éliminer.
  • Pratiquer le Qi Gong : sans jamais forcer, la modération doit être votre guide : vos douleurs ne doivent pas être agravées par le mouvement, pratiquer dans la lenteur en cherchant le relâchement musculaire et nerveux. Mettre en mouvement avec beaucoup de douceur la zone douloureuse. Alterner pratiques en mouvement et postures debout ou assise.

Quelques points à traiter en auto-massage :

  • Douleur dans l'ensemble du corps : presser ensemble le point 4 GI (sur le méridien du Gros intestin) et le 3 F(méridien du Foie)
  • Pour les douleurs qui changent de localisation : 4 GI (méridien du Gros intestin) + 20 VB ( méridien de la Vésicule biliaire)
  • Pour les douleurs dues à un excès d'humidité : 9 RP (méridien Rate Pancréas)
  • Pour les douleurs des bras et des épaules : 5 TR (méridien triple réchauffeur)

De nombreuses études ont été menées sur les effets du qi Gong sur la douleur

Même si celles-ci ne se font pas toujours selon les règles médicales occidentales (beaucoup émanent d’hôpitaux chinois), les résultats semblent prometteurs, ce que confirment d’ailleurs nos élèves, atteints de douleurs chroniques : la pratique régulière du Qi Gong leur permet de mieux les accepter et les gérer.

  • Qi Gong et Algodystrophie :

Une étude, financée par le National Institute of Health du gouvernement américain, et dirigée par le professeur Wen-hsien Wu, a testé les effets du Qi Gong sur des patients atteints du syndrome d’algodystrophie au dernier stade. (Maladie du système nerveux autonome, survenant à la suite d’un traumatisme.)Les patients effectuèrent deux sessions de 40 minutes, par semaine pendant 3 semaines, et durent continuer les exercices chez eux pendant les 7 semaines suivantes.91% des participants observèrent une diminution de leur douleur et de leur niveau d’anxiété à la fin de leurs sessions d'entraînement.

  • Qi Gong et Fibromyalgie

Selon une étude de Jana Sawynok, Université Dalhousie à Halifax,( Nouvelle-Écosse) une pratique de Qi gong, pendant 8 semaines de pratique sur un échantillon de 100 patients, permet une amélioration significative de la douleur et des autres symptômes associés de la fibromyalgie. (sommeil) .

<< Nouvelle zone de texte >>

Le Qi Gong fait son entrée à l’hôpital

17 septembre, 2013

Par Audrey Levy pour lepoint.fr

Le Qi Gong commence par une série d’étirements, de contractions et de relâchements musculaires pour éveiller leur « qi » (énergie vitale). Plus tard, à coups de profondes respirations, ils tenteront de la faire circuler le long des méridiens qui parcourent leur corps avant d’essayer de reprendre le contrôle de leurs pensées. D’où le « gong » (travail).

Au service nutrition du professeur Jean-Michel Oppert, à la Pitié-Salpêtrière

Nous ne sommes pas dans une secte, au milieu d’un groupe de doux illuminés, mais dans le service nutrition du professeur Jean-Michel Oppert, à la Pitié-Salpêtrière. Dans la salle, les pratiquants sont des patients tout juste hospitalisés ou suivis de près par les médecins de l’hôpital : ils souffrent d’obésité et viennent ici chaque semaine à ces séances de qi gong afin de soulager leurs grands et petits tracas liés à ce handicap.

« Pour eux, pratiquer la natation ou la marche à pied s’avère impossible, dit l’éducateur, qui dispense la discipline depuis six ans à l’hôpital. Avec cette gymnastique douce, faite de mouvements progressifs et de positions alternées, ils retrouvent non seulement le goût de l’activité physique, mais surtout un profond bien-être. »

Car les bienfaits de cette pratique sont innombrables. Ses patients ne cessent de lui répéter, éternellement reconnaissants, qu’après une séance ils retrouveraient le sommeil pendant au moins trois jours. Et, quand ils s’y adonnent régulièrement, elle amenuiserait leurs douleurs au niveau des articulations et soulagerait leur arthrose.Finalement, tous le disent : ils retrouvent la joie de vivre. Car, derrière le corps, c’est le mental que vise cette philosophie, fondée sur le yin et le yang, symboles de l’équilibre des forces de la vie : « Ils ont souvent une image très négative de leur corps et d’eux-mêmes. Avec le qi gong, ils se réapproprient leur corps, l’apprécient à nouveau et retrouvent confiance en eux. »

Ce principe d’harmonisation du corps et de l’esprit se révèle un précieux outil dans bien d’autres services. Quelques blocs plus loin, le qi gong s’est invité voilà un an en rhumatologie. Et il n’y a pas qu’à la Pitié qu’il est dispensé.

A l’hôpital Clemenceau, à Champcueil (91)

Thierry Sobrecases l’enseigne à des patients atteints de la maladie de Parkinson ou de troubles neurologiques graves. »Ils sont victimes de crampes qui les paralysent brutalement. Leur seul recours, ce sont les traitements médicamenteux, parfois difficiles à supporter, dit-il. En travaillant leur souffle, ils parviennent à les retarder. »

A l’hôpital Manhès, à Fleury-Mérogis

Le professeur l’utilise pour venir à bout des addictions et soulager les troubles psychiatriques.« On ne guérit pas les malades, on les aide simplement à se sentir mieux », nuance-t-il.

Le Qi Gong a été reconnu dernièrement par l’Académie Nationale de Médecine

Et qu’importe si, faute de financements, les études scientifiques font encore cruellement défaut, il le sait, le qi gong, reconnu dernièrement par l’Académie nationale de médecine, est promis à un bel avenir à l’hôpital. D’ailleurs, depuis que des patients atteints de cancer lui ont conté les extraordinaires bienfaits qu’il a sur leur corps et leur esprit, il n’a plus qu’une idée en tête : l’introduire en cancérologie.

Qi gong – Origine

  • Origine : Lié à la médecine traditionnelle chinoise, cet art énergétique s’est constitué sous l’influence de courants taoïste, bouddhiste et confucianiste. Il rétablit les énergies vitales.
  • Indications : L’Académie nationale de médecine reconnaît son intérêt dans le traitement des lombalgies, fibromyalgies, ostéoporose. Il améliore l’équilibre en réduisant le risque de chutes, la qualité de vie des insuffisants cardiaques, asthmatiques, patients souffrant de broncho-pneumopathie, et des diabétiques obèses ; également efficace dans les cas de Parkinson, Alzheimer, schizophrénie, anorexie et dépression nerveuse.
  • Contre-indications : Certaines maladies mentales avancées, grossesse, hypertension.
  • Effets indésirables : Aucun.
  • Les praticiens : Les titulaires d’un diplôme d’Etat (Dejeps qi gong). Site de la Fédération française délégataire du ministère des Sports et de la Jeunesse : www.ffwushu.fr

Ce que dit la science

En avril, lors du premier colloque consacré au qi gong et aux neurosciences, son impact positif sur le cerveau a été établi par le CHU de Caen.

Nos conseils

  • A pratiquer régulièrement, car ses effets se manifestent à long terme.
  • 5 branches qui constituent la médecine traditionnelle chinoise : le qi gong, l’acupuncture, le massage, la diététique et la pharmacopée.

 

 

Contact

"l'Atelier du Bien-Être"

19 avenue des Oliviers

06140 Vence

 

Vous pouvez nous appeler au: 06 14 39 00 85

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact.